SÉLECTIVITÉ : NE PAS PERDRE LE FIL D’UNE CONVERSATION DANS LE BRUIT

RÉSUMÉ

Écouter une conversation dans le cadre d’un cocktail présente un grand défi pour le système auditif. Sans s’en rendre compte, il faut extraire, d’un mélange complexe de sons, le son d’une seule voix pour la comprendre et la suivre. Les chercheurs étudient comment notre cerveau relève ce défi et nous permet de distinguer des voix spécifiques dans des environnements encombrés, bruyants et distrayants.

TOUTE L’HISTOIRE

Écouter une conversation dans le cadre d’un cocktail présente un grand défi pour le système auditif. Sans s’en rendre compte, il faut extraire, d’un mélange complexe de sons, le son d’une seule voix pour la comprendre et la suivre. Des chercheurs de l’Université Queen’s, dirigés par la Dre Ingrid Johnsrude, étudient comment notre cerveau relève ce défi et nous permet de distinguer des voix spécifiques dans des environnements surpeuplés, bruyants et distrayants. Ses études ont révélé que le cerveau ne s’appuie pas simplement sur les sons entrants qui atteignent l’oreille pour comprendre et retenir la parole, mais s’appuie également sur des informations provenant d’autres sens et des connaissances antérieures pour faciliter la compréhension.

Ces résultats ont été présentés à la 8e réunion annuelle de l’Association canadienne des neurosciences qui s’est tenue à Montréal, Canada, du 25 au 28 mai 2014.

Les études du Dr Johnrude ont exposé les sujets de test à un discours dégradé ou clair en présence ou en l’absence de distraction. En examinant l’activation de différentes régions du cerveau alors que les sujets de test étaient exposés à différentes conditions d’écoute, la recherche du Dr Johnsrude a révélé que le traitement précoce du son, qui se produit dans une région du cerveau appelée cortex auditif primaire, dépend de connaissances linguistiques de plus haut niveau. codé dans d’autres régions du cerveau.

Suivre une conversation dans un environnement bruyant nécessite également de ne pas tenir compte des bruits et des distractions environnants et de se concentrer spécifiquement sur un partenaire de conversation. Alors que le discours clair était compris et se rappelait si les sujets étaient distraits ou non par d’autres tâches, l’attention s’est avérée être d’une importance critique pour comprendre la parole dégradée.

Ce que vous entendez et comprenez d’une conversation est influencé par ce que vous avez l’habitude d’entendre, il sera donc plus facile de comprendre une voix familière que celle d’un étranger. Cela s’est avéré particulièrement vrai pour les personnes âgées, qui avaient plus de difficulté à comprendre les nouvelles voix dans une situation de cocktail à mesure qu’elles vieillissaient, mais qui ne montraient pas de diminution de la capacité à comprendre des voix familières dans la même situation.

«Nous connaissons tous la vision à moitié vide du verre du vieillissement – que, à mesure que vous vieillissez, tout empire», déclare le Dr Johnsrude. «Vous avez besoin de lunettes, votre mémoire s’en va, et c’est plus difficile à entendre lorsque vous conversez dans un endroit très fréquenté comme un restaurant ou une fête, où de nombreuses personnes parlent à la fois. Nous voulions étudier le côté vitré à moitié plein du vieillissement . Une chose que les personnes âgées ont plus que les plus jeunes est l’expérience. J’étudie comment l’expérience des personnes âgées, comme leur familiarité avec la voix de leur moitié, les aide à compenser les baisses liées à l’âge des autres capacités.  »

De plus, le Dr Johnsrude a pu montrer que l’activation de certaines régions du cerveau, le cortex sensible à la parole d’ordre supérieur, pouvait être considérée comme une signature neuronale de l’écoute avec effort. La mesure de l’effort requis pour comprendre la parole, à l’aide des techniques développées par le Dr Johnsrude, peut fournir une nouvelle façon d’évaluer l’efficacité et le confort des prothèses auditives et aider les chercheurs à optimiser les avantages de ces appareils.

Cet article a fait l’objet d’une traduction automatisée. Il se peut que des erreurs s’y soient glissées. Pour lire la version originale : Version orginale en Anglais.

Vous avez de la peine à comprendre ce qu’on vous dit dans un environnement bruyant ? Vous êtes facilement dérangés par les bruits ambiants ? La méthode Tomatis® permet d’améliorer de façon significative l’attention auditive, cela en suivant un programme de rééducation personnalisé.

Plus d’infos au 021 312 26 00

Voir aussi

,

L’écoute et l’attention

Un enfant est naturellement curieux. Entre l’écoute qui s’affine, la pensée qui s’élabore, le langage qui s’enrichit et l’envie de communiquer qui se manifeste, il y a effet «boule de neige»