L’autisme

L’autisme fait partie des troubles envahissant du développement (TED). Ce sont des troubles sévères et précoces, caractérisés par des retards et des altérations du développement des capacités d’interactions sociales, cognitives et de la communication.

D’après la classification internationale des maladies et le DSM-IV, les symptômes qui définissent l’autisme sont les suivants :

  • Un début précoce des troubles, avant 3 ans
  • Des troubles graves des interactions sociales
  • Des anomalies sévères du développement du langage
  • Le caractère restreint, répétitif et stéréotypé des comportements, des intérêts et des activités
  • Des réponses sensorielles anormales, par hypersensibilité ou hyposensibilité

Il est bien évident que la Méthode Tomatis ne représente qu’une des nombreuses approches possibles destinées à l’éducation de l’enfant autiste, et qu’en aucun cas elle ne saurait se suffire à elle même.

Cependant, elle peut être un allié fort utile dans la lutte contre ce trouble, car elle peut aider très efficacement la personne autiste sur plusieurs plans.

Tout d’abord un travail important avec la voix de la mère va être entrepris : on va replonger l’enfant dans l’univers sonique intra utérin pour essayer d’induire chez lui un désir de communiquer. En transmettant la voix de la mère avec une forte participation de la conduction osseuse, l’idée est d’éveiller chez l’enfant la conscience d’un lien primordial et indéfectible qui le toucherait de l’intérieur. Il est intéressant d’observer un fort pouvoir de régulation par la voix maternelle : très souvent, l’enfant se calme instantanément à son écoute et nous donne l’impression qu’il se remémore cette voix et qu’il la reconnaît.

Concrètement, il va s’agir de prendre contact avec l’enfant, en le stimulant par un travail très spécifique en conduction osseuse. Ce travail va contribuer à préciser la définition du schéma corporel, car la perception de la structure osseuse fait naître une conscience d’unité de la charpente du corps.

De plus, le travail en conduction osseuse va augmenter la sensibilité des réponses cutanées et donc la conscience d’une enveloppe corporelle. Ce renforcement des réponses de la peau va à son tour entraîner une plus grande réceptivité à tous les phénomènes vibratoires, et en particulier aux sons impliqués dans la parole.

Par ailleurs, en éveillant le contact cutané et donc tactile, on va également stimuler le contact visuel, car il existe une sorte d’analogie fonctionnelle entre ces deux sens. Le regard va devenir alors plus exploratoire, et l’enfant va commencer à « palper » par le regard son environnement visuel.

Enfin, c’est toute la face qui devient plus expressive et l’enfant va commencer à utiliser et à maîtriser des aspects non verbaux de la communication, comme certaines mimiques.

L’oreille étant correctement régulée par conduction osseuse, il va de plus y avoir disparition ou diminution des passages brutaux, souvent observés d’une hypersensibilité à une hypo sensibilité auditive.

Au plan verbal, quand l’enfant parle déjà, une augmentation de la volubilité se fait jour ainsi qu’une amélioration des caractéristiques expressives du langage, par une utilisation plus appropriée des contours intonatifs.

Finalement, cette approche qui est multi sensorielle, sera d’autant plus efficace, que la stimulation auditive, génératrice d’une forte augmentation des ressources énergétiques, permettra de juguler l’angoisse très forte dont souffre l’enfant autiste.

Ce mode d’action multi sensorielle est très important, car il va participer à la construction chez l’enfant de la représentation d’une cohérence de son corps propre, et des relations de celui-ci avec l’environnement.