Amélioration de la voix chantée et parlée

L’amélioration de la voix parlée et chantée peut être considérée comme le champ d’application historique de la Méthode Tomatis. C’est dans l’exercice de la médecine du travail que le docteur Tomatis a été amené à faire les découvertes qui portent désormais son nom et qui concernent les relations entre la phonation et l’audition. Il a pu aussi démontrer qu’il était possible de corriger aussi bien l’une que l’autre de ces fonctions essentielles. La première découverte fondamentale de Tomatis, appelée ‘première loi de Tomatis’, peut s’énoncer ainsi : la voix ne contient que ce que l’oreille entend, ou encore, « le larynx n’émet que les harmoniques que l’oreille peut entendre ».

Pour tomatis, une émission vocale de qualité n’exige pas seulement une bonne écoute du message sonore venant de l’extérieur, mais aussi et surtout une bonne auto écoute, c’est à dire la capacité d’utiliser sa propre voix comme la source sonore à analyser et à contrôler en justesse, en intensité et en qualité.

Cette auto écoute peut se réaliser à condition que la vibration sonore perçue soit correctement régulée par conduction osseuse qui est la voie de transmission du son par tous les os du corps et en particulier par la boite crânienne.

Cette régulation osseuse est elle-même assujettie à un fonctionnement harmonieux de 2 muscles situés dans l’oreille moyenne, et dont le rôle est de contrôler et d’amortir l’ensemble des vibrations transmises à l’oreille interne.

La rééducation audio vocale sous oreille électronique a précisément pour but la mise en place d’un mécanisme d’auto contrôle de qualité.

Ainsi, en fonction de la problématique vocale rencontrée, l’action de cette démarche pourra être ciblée sur:

  • Le manque ou la perte du désir de chanter
  • La difficulté à prendre la parole ou à chanter facilement, sans avoir l’impression de forcer ou pousser sur sa voix
  • Le manque de fluidité verbale
  • Le manque de justesse et de précision
  • Le manque ou le déséquilibre du timbre, produisant des voix trop sourdes, trop aiguës ou trop nasillardes
  • Le manque d’expressivité de la voix, par défaut de modulation ou d’intonation
  • La perte du contrôle de l’intensité, que ce soit par défaut ou par excès