L‘écoute et l’attention

À la source des échecs scolaires, il y a, tout le monde en convient, un problème de communication.

Premier organe sensoriel développé par le fœtus, l’oreille est la véritable porte d’accès de l’univers en nous. Elle fonctionne comme la dynamo du cerveau et du système nerveux.

Un enfant qui ne fixe pas son attention, qui manifeste des difficultés scolaires, des retards de langage ou un comportement confus et désorganisé, a supprimé ou amoindri son « Désir d’écoute ».

Les difficultés qu’il rencontre ne sont jamais définitives. Car, si l’écoute est au centre des mécanismes d’apprentissage, elle est également une pédagogie qui permet de surmonter les retards et les blocages, en ouvrant à l’enfant les portes de la connaissance.

Paradoxalement, un élève en difficulté est souvent un enfant brillant.

Apprendre, comme marcher ou parler, est une activité naturelle de l’homme, une source de plaisir sans cesse renouvelée. Il n’y a pas d’enfant démuni de capacités à intégrer correctement les connaissances.

Un enfant est naturellement curieux.

Entre l’écoute qui s’affine, la pensée qui s’élabore, le langage qui s’enrichit et l’envie de communiquer qui se manifeste, il y a effet « boule de neige ». Les unes et les autres se renforcent en se renouvelant.

Une écoute mal assurée et la dynamique jouera dans le sens inverse. Avec les blocages, viennent les retards qui, s’accumulant, font perdre l’envie de communiquer.

C’est un carrefour et nous avons le choix entre deux directions.

Ecouter, c’est bien plus qu’entendre.

Entendre, malheureusement, n’implique pas que l’on écoute. Entendre, c’est être inondé par un message de manière passive.

Écouter s’accompagne d’un discernement et l’attitude qui en découle est très différente.

La Méthode Tomatis s’adresse aux enfants et adultes de tout âge. Elle représente une technique complémentaire à un accompagnement thérapeutique ou pédagogique, sans le remplacer, et permet d’en augmenter les effets.

Voir aussi